Pub sur scène, Quand les apprentis deviennent acteurs

La Cigale (Paris)

Voilà bientôt quatre ans que ce projet a vu le jour et il continue d’exister grâce à l’enthousiasme pédagogique et artistique de ses concepteurs, Pascal Sandoz et Olivier Motte, et grâce au soutien logistique du groupe Barocco. Depuis, le projet s’est affiné, la conception des ateliers de pratique théâtrale a gagné en performance grâce à de jeunes metteurs en scènes qui ont su se rapprocher de différents corps de métiers. Malgré la maladresse de certains éléments peu préparés à la scène, « seulement 12 heures d’atelier pour imaginer et réaliser un petit flash théâtral de 3 à 5 minutes », l’ensemble est extrêmement convaincant.  Notamment grâce à une volonté farouche de s’exprimer à travers une facture revendicative et critique. Chacun y engage son corps, sa vaillance voire sa défaillance, sa réflexion et son esprit critique. Il s’agit de proposer à des sections d’apprentis de montrer sur scène une petite saynète valorisant leur futur métier, aidés en cela par un metteur en scène professionnel. Cela correspond en fait à une sorte de flash publicitaire faisant l’apologie de chaque profession.

Une importante dimension humaine

Cette année, on s’aperçoit que les jeunes apprentis ont adopté, dans l’ensemble, un angle d’attaque beaucoup plus mordant que les années précédentes. Les thèmes développés dégagent un souffle surprenant et font montre d’une plus importante dimension humaine.  L’ensemble de la prestation s’avère ainsi plus social : menace de la grippe aviaire masquant un propos écologique, clin d’œil en direction du machisme, parité hommes / femmes, apologie de la lecture voire de la culture, sans oublier ces flashs dits « engagés » tels que le Le mari gagnant, à propos du mariage forcé. C’est La ferme !, le sketch le plus drôle et le plus dénonciateur, qui a remporté le premier prix de la soirée.  Mis en scène par Philippe Vela, il démontre la fragilité de la chaîne alimentaire et la « victimisation des animaux de bouche ». C’est d’autant plus pertinent que cela est réalisé par des apprentis bouchers. On remarque ici, et c’est presque général, que l’esprit autocritique est assez développé. On a le sentiment d’être en compagnie de volontaires qui ne sont pas prêts à baisser les bras. Sans oublier le talent des différents metteurs en scène impliqués grâce à qui l’ensemble de cette création a pu être réalisé : Mélanie Grisvard, Véronique Lesergent, Célia Nogues, Philippe Vela, Esther Bastendorff et Laurent Cattaert pour cette soirée.  Précisons que cette opération ne peut se maintenir que grâce au soutien financier du conseil régional de l’Ile de France. Le projet va aussi être présenté en Picardie les 10 et 11 mai prochain au Théâtre de Compiègne. Il mettra sur les planches une trentaine d’équipe de 4 à 7 apprentis. Cette année, La Cigale a vu passer 135 équipes de 4 à 6 apprentis durant seulement neuf jours.

Jacky Viallon